parage

Posted by jacquesaubertmaton on avril 24, 2018 in photographie

Je me suis retourné et quelque chose avait changé, un je-ne-sais-quoi dans l’atmosphère qui d’un coup vous étreint, vous stoppe net.
Une urgence vitale et l’espoir du geste qui sauve.
J’ai volé mon courage à demain, et je l’ai regardé : il était là, majestueux de pureté, ou…peut-être figé par la peur que ce regard que je lui offrais enfin, ne sache plus Voir.

Il était entré en azurage avec une lenteur qui anéantit la perception; les modifications sont alors si infimes qu’elles interdisent à l’œil de les détecter. Il faut attendre la vibration, l’onde sur la peau…
Et c’était maintenant.
La transformation s’achevait là et à mes sens réanimés, il criait désormais la couleur de son désir : Blanc.

écrire un commentaire


Leave a Reply